L'hygiène des oreilles chez les chiens et les chats

hygiene-oreille-chien.jpg

 

Certains de nos compagnons animaux sont particulièrement sujets aux otites. Un moyen simple d'éviter ce problème est le respect d'une bonne hygiène des oreilles.

 

L'oreille, un organe plus complexe qu'il n'y parait...

L'oreille de nos chiens et chats comporte 3 parties :

  • l'oreille externe : c'est le conduit auditif externe. C'est la partie de l'oreille qui s'étend du pavillon jusqu'au tympan ; cette partie peut être examinée par le vétérinaire grâce à un otoscope (petit matériel éclairant terminé par un embout conique que l'on introduit dans l'oreille). Le conduit auditif externe est tapissé de glandes qui fabriquent le cérumen (glandes cérumineuses), et c'est donc lui qui nécessite des soins d'hygiène attentifs.
  • l'oreille moyenne : c'est la bulle tympanique. Il s'agit d'une petite sphère osseuse située à la base du crâne et qui fait suite au tympan ; cette partie de l'oreille ne peut être examinée qu'à l'aide de méthodes d'imagerie (radiographies, scanner ou IRM) sous anesthésie générale. Elle est normalement remplie d'air et contient les osselets. Elle peut être le siège d'infections, en particulier par propagation d'un phénomène infectieux à partir de l'oreille externe.
  • l'oreille interne : il s'agit de la cochlée et du labyrinthe qui sont situés dans l'os du crâne juste au-dessus de la bulle tympanique ; cette partie de l'oreille ne peut être examinée qu'à l'aide de méthodes d'imagerie (scanner ou IRM) sous anesthésie générale. Il s'agit là des centres nerveux de l'audition et de l'équilibre.

 

 

L'oreille, un organe différent selon les animaux...

Selon la race et la morphologie de votre animal, ses oreilles peuvent prendre un aspect différent et avoir de ce fait une sensibilité différente aux infections :

  • les chiens à oreilles dressées ont souvent moins d'otites que les chiens à oreilles pendantes, car leur conduit auditif externe est mieux aéré ; une exception à cette règle : le Bouledogue français (cf ci-dessous) ;
  • les races dont les oreilles sont lourdes et très poilues (Cocker, Cavalier King Charles...) sont, pour la même raison que ci-dessus (manque d'aération du conduit auditif externe), davantage exposées aux otites ; idem pour les races dont les conduits auditifs sont naturellement étroits (Sharpeï) ou pour les races dont l'intérieur des conduits auditifs externes est poilu (Bichon, Coton, Shih-tzu, Caniche...) ;
  • les races prédisposées aux problèmes dermatologiques en général, soit par existence d'un terrain allergique (atopie), soit par sensibilité aux infections à Levures (Malassezia chez le Westie par exemple), soit par présence d'un état kérato-séborrhéique naturel (Terre-neuve, Basset hound...) sont tout particulièrement exposées aux otites ;
  • les petits brachycéphales (chiens à face aplatie et à nez écrasé comme les Carlins, Bouledogues français, Pékinois, King Charles...) ont, par leur morphologie particulière, une prédisposition aux otites externes et moyennes ;
  • les chats sont globalement moins sujets aux otites que les chiens.

 

 

Comment prendre soin des oreilles de votre chien ou de votre chat ?

De manière générale :

  • il faut régulièrement vérifier si les oreilles sont propres. Ceci présente de double avantage d'une part de procéder à un nettoyage si elles sont sales, d'autre part d'habituer votre animal à se laisser regarder et manipuler les oreilles. Chez les races prédisposées aux otites : Cocker, Labrador, Bouledogue français, Caniche, Westie, Sharpeï..., l'examen attentif des oreilles par le propriétaire sera hebdomadaire.
  • lorsque les oreilles sont sales, le nettoyage se fait en instillant une giclée d'un produit d'hygiène (produit d'hygiène spécifique pour les oreilles des chiens ou des chats) dans le conduit auditif externe de votre animal. Le conduit auditif étant coudé, vous ne pouvez pas atteindre le tympan et ne risquez donc pas de le perforer. Ensuite, vous rabattez l'oreille et vous massez sa base de façon à bien décoller les saletés. Enfin, vous introduisez un morceau de coton dans le conduit et vous ramassez les saletés qui sont remontées à la surface.

 

Cette opération de nettoyage, qui est bénéfique lorsqu'elle est nécessaire, ne doit cependant pas être réalisée trop souvent (grand maximum 1 fois/semaine, sauf s'il y a une otite auquel cas le vétérinaire pourra vous donner d'autres consignes) : un nettoyage trop fréquent peut en effet irriter la paroi des conduits auditifs ou stimuler la production de cérumen et avoir ainsi un effet inverse de l'effet recherché.

  • chez les races dont le conduit auditif externe est particulièrement poilu (Bichon, Coton, Shih-tzu, Caniche...), le nettoyage des oreilles s'accompagnera d'une épilation du conduit qui pourra être faite par le propriétaire lui-même ou par un toiletteur.
  • chez les chatons et chiots, il n'est pas rare de trouver des otites parasitaires : couramment appelée "gale des oreilles", l'otite parasitaire entraîne d'importantes démangeaisons et elle est contagieuse. Il ne faut donc pas hésiter à consulter si le nouveau compagnon que vous venez d'adopter se gratte furieusement les oreilles!
  • en cas d'otite, les symptômes que vous pouvez observer sont : des démangeaisons au niveau de l'oreille atteinte, de la douleur lorsque votre animal se gratte ou lorsque vous-même vous essayez de toucher à son oreille, des écoulements, une mauvaise odeur ; votre animal peut également se secouer la tête, ou avoir la tête penchée sur le côté. Dans toutes ces situations, n'hésitez pas à consulter le Centre Hospitalier Vétérinaire Atlantia.
  • au printemps et en été, c'est la saison des épillets. Ces petits morceaux de graminées, lorsqu'ils se détachent du végétal et sèchent, constituent de redoutables petits harpons qui vont pénétrer dans le corps de votre chien par différents orifices : oreilles, nez, yeux, espaces interdigités... Les oreilles sont souvent prises comme cibles par les épillets ; le moyen de prévenir les problèmes est d'inspecter votre chien au retour de sa promenade et de vérifier les poils de ses oreilles pour essayer d'intercepter l'épillet avant qu'il ne s'engouffre dans le conduit auditif.