La vaccination des chiots et des chiens

vaccination-chiot-chien.jpg

 

Vacciner son chien, c’est le protéger contre certaines maladies infectieuses parfois mortelles. C'est également l'occasion pour votre vétérinaire de réaliser annuellement un examen clinique complet (voire un check-up) de votre animal.

 

Quand vacciner votre chiot ou votre chien ?

Pour les chiots : premiers vaccins

Vers l’âge de 2 mois, l’immunité conférée par les anticorps maternels contenus dans le lait commence à s’amenuiser. Par ailleurs, le système immunitaire du chiot commence à se développer. C’est le moment de débuter les vaccinations. Une seconde injection est réalisée 1 mois plus tard.

 

Pour les chiens adultes : rappels annuels.

Il est conseillé de vacciner tous les ans votre chien pour réactiver les anticorps vaccinaux et continuer à le protéger des maladies infectieuses contre lesquelles il avait été vacciné chiot. Tous les ans, le Centre Hospitalier Vétérinaire Atlantia vous envoie une petite lettre de rappel pour ne pas que vous oubliez la date de vaccination.

Même si votre chien est âgé (et surtout s’il est âgé !), il ne faut pas oublier ses rappels car ses défenses immunitaires s’amenuisent avec le temps et il devient plus fragile

Les vaccinations de votre chien doivent être a jour, en particulier si vous l’emmenez en voyage ou s’il est gardé dans une pension.

 

top_en_savoir_plus.png

Le saviez-vous ? 

Passeport européen

 

Depuis le 1er octobre 2004, tout chien, chat ou furet voyageant dans l’Union européenne avec son propriétaire ou à titre commercial doit être identifié, vacciné contre la rage et être en possession d’un passeport européen fourni et rempli par un vétérinaire.

bottom_en_savoir_plus.png

 

 

Contre quelles maladies vacciner votre chien ?

La Maladie de Carré  (paramyxovirus)

Cette maladie infectieuse virale s’attrape par contact avec d’autres chiens contaminés (le virus résiste peu dans le milieu extérieur). La contamination est dite « nose to nose » ou « nez à nez ». L’incubation est généralement de 3 à 7 jours mais peut être plus longue. Le virus présente un tropisme pour les épithélium et touche donc de nombreux organes : le cerveau, le poumon, le tube digestif, la peau…

Les symptômes sont donc divers et variés et n’apparaissent pas forcement en même temps : papules (boutons), diarrhée, vomissements, toux et troubles neurologiques convulsifs dominent le tableau clinique. A partir du moment où le cerveau est touché (méningite) la maladie est dans l’immense majorité des cas mortelle.

 

Pour éviter tout risque de contamination , vaccinez votre chien et n’oubliez pas les rappels

  • primovaccination : première injection à partir de l’âge de 2 mois puis deuxième injection 3 à 4 semaines après la première.
  • Rappel annuel.

 

 

L’hépatite de Rubarth (adénovirus)

Cette maladie infectieuse virale s’attrape par contact avec d’autres chiens contaminés, par les parasites externes (puces, poux) mais aussi et surtout par la fréquentation des zones infectées d’urines et de matières fécales d’animaux malades (attention le renard peut également en être atteint). Le virus est très résistant et peut survivre pendant plusieurs mois dans les zones contaminées. L’incubation dure de 4 à 7 jours. LA maladie touche principalement les chiots car la vaccination systématiquement couplée à la maladie de carré, a fait considérablement reculer cette maladie chez les chiens adultes. Un chien adulte non vacciné peut, tout comme le chiot, contracter la maladie

Les symptômes diffèrent selon la forme :

  • pour la forme atténuée, la moins grave : coloration bleutée de la cornée liée à une kératite
  • pour la forme chronique : atteinte hépatique (hépatite chronique pouvant évoluer vers une cirrhose), atteinte rénale (insuffisance rénale)
  • pour la forme aiguë : fièvre, troubles digestifs, hépatite aiguë. La mort peut survenir rapidement.

 

Il n’existe pas de traitement spécifique de la maladie. Seule la vaccination s’avère efficace pour protéger nos chiots et chiens. Vaccinez votre animal et n’oubliez pas les rappels

  • primovaccination : Première injection dès l’âge de 2 mois, deuxième injection 3 à 4 semaines après
  • rappel annuel.

 

 

La parvovirose (parvovirus)

Cette maladie virale très contagieuse est très fréquente. Le virus est transmis via les selles d’autres chiens contaminés. L’incubation est de 3 à 7 jours. Le virus présente un tropisme marqué pour le tube digestif. Les signes digestifs dominent donc le tableau clinique : fièvre, vomissements et diarrhées incoercibles. La déshydratation et les surinfections bactériennes à point de départ digestif entrainent la mort de l’animal lorsque celui ci n’est pas pris en charge (les chiens porteurs de parvovirose justifient de soins intensifs : hospitalisation, perfusions, corrections des déséquilibres hydro électrolytiques, gestion des troubles digestifs) 

 

Pour ne pas en arriver là, vaccinez votre chiot ou votre chien

  • primovaccination : dès l’âge de deux mois puis deuxième injection 3 à 4 semaines après
  • rappel annuel.

 

 

La leptospirose (leptospira…)

Contrairement aux autres maladies précitées, cette maladie est d’origine bactérienne et peut se transmettre à l’homme.. Elle se transmet par contact de votre animal avec de l’urine contaminée par la bactérie. Les rongeurs (lapins, mulot, musaraignes, rats…) sont porteurs et excréteurs de la maladie. A l’heure actuelle, la leptospirose se rencontre partout, aussi bien en ville que dans les champs.

Cette maladie peut se manifester de différentes façons :

  • une forme suraiguë mortelle : l’animal présente généralement de la fièvre, une insuffisance rénale aiguë anurique (les reins sont bloqués et ne fabriquent plus d’urine) plus ou moins associée à une hépatite aiguë (jaunisse, troubles hémorragiques). Le plus souvent, malgré des soins intensifs, l’animal décède.
  • Une forme chronique : hépatite chronique pouvant évoluer vers une cirrhose, insuffisance rénale chronique…Lors de forme chronique, le chien devient excréteur de bactéries dans ses urines ; le propriétaire doit alors prendre les précautions d’hygiènes appropriées (utilisation de gants pour ramasser les urines).

 

Pour protéger votre chien contre cette maladie, il est important de le vacciner. Mais attention le vaccin ne le protège pas à 100 %, de nombreuses leptospires pathogènes différentes (plus de 200 sérovars) existant dans la nature. Sur les chiens à risque (chiens de chasse par exemple), il est donc conseillé de renouveler les injections de rappel plus souvent :

  • primovaccination : première injection à partir de l’âge de 9 semaines et deuxième injection 3 à 4 semaines plus tard
  • rappel annuel ou tous les 6 mois sur les chiens à risque.

 

 

La piroplasmose (babesia canis)

Cette maladie (babésiose) est une maladie parasitaire transmise par les tiques. Elle est fréquente dans nos régions. Lorsque la tique mord le chien elle inocule via sa salive le parasite dans le sang de sa victime. Babesia canis se multiplie au sein des globules rouges. La maladie met environ 2 à 7 jours à se déclarer cliniquement.

Le chien présente une forte fièvre, une anorexie, des urines foncées. Il est anémié par destruction des globules rouges parasités. Lorsque la maladie est prise suffisamment tôt, le traitement est généralement efficace ; lorsque l’anémie est trop forte ou que des organes vitaux sont touchés (insuffisance rénale, hépatite…) des soins intensifs à la faveur d’une hospitalisation sont nécessaires (transfusions, perfusions,…). La piroplasmose peut être mortelle.

 

Une vaccination existe. Elle confère 80 % de protection. Mais ne vaut-il pas mieux 80 % de protection que 100 % de risque ? N’oubliez pas de vacciner votre chien

  • primovaccination : à partir de l’âge de 5 mois et deuxième injection 3 à 4 semaines plus tard
  • rappel annuel

La maladie peut également être prévenue par une lutte antiparasitaire raisonnée : application tous les mois de pipettes ou de spray efficaces sur les tiques.

 

 

La rage (Rhabdovirus)

Le virus de la rage est fortement concentré dans la salive des animaux porteurs. La transmission de la maladie se fait principalement par morsure. C'est pourquoi toute morsure doit être prise au sérieux, même si l'animal est apparemment sain. Cette maladie est transmissible à l’Homme, et il n'existe aucun traitement efficace une fois que les premiers symptômes ont fait leur apparition ; c'est la raison pour laquelle la législation française est très stricte à propos de la rage et de la vaccination antirabique.

Le virus de la rage est neurotrope, c'est-à-dire qu'il va gagner le cerveau en cheminant par le réseau nerveux et être responsable d'une encéphalite.
L'incubation du virus est assez courte chez le chien : 15 à 30 jours.

 

Il existe deux formes de la maladie chez les chiens :

  • La forme dite « furieuse »: C'est la plus connue, c'est l'image que l'on a tous de l'animal agressif qui salive. Le chien change alors de comportement brutalement. Il devient agressif et mord tout ce qui passe à sa portée. Des troubles de l’équilibre et de la déglutition sont également présents dans les formes évoluées.
  • La forme paralytique (ou rage dite « muette ») : Elle est nettement moins caractéristique. Le chien présente une paralysie des muscles de la mâchoire, il a des difficultés à ouvrir la gueule. Il salive abondamment.

 

La vaccination est le moyen le plus sûr de prévenir la maladie chez le chat et d'en limiter l'extension. On peut la pratiquer dès l'âge de trois mois, c'est à dire au moment des rappels des autres vaccins, à condition que le chien soit identifié.

  • primovaccination : une seule injection dès l’âge de 3 mois sur un chien obligatoirement identifié par puce électronique ou tatouage
  • rappel annuel

 

Pour en savoir sur la législation de la rage, consultez http://agriculture.gouv.fr/rage